Accueil » Accueil des blogs » Morkislair » Arx Fatalis

Morkislair - [Gamer's hideout] existe depuis le 26/11/2008

Morkislair
Bric à brac de trucs, lié au monde du jeu vidéo.

Arx Fatalis

IMuJwuJu49I


Développeur : Arkane Studios
Editeur : JoWood
Type : FPS/RPG
Sortie : 2002

Vous êtes amnésique et prisonnier. Voilà qui rappelle Morrowind. Les deux jeux ont souvent été comparés car sortis en même temps dans le bric à brac des RPG. Pourtant, la situation de départ de leur joueur mis à part, ces jeux n’ont pas grand-chose en commun. D’un point de vue technique, Arx Fatalis ressemble plus à un mélange FPS/aventure qu’à un RPG : vue à la première personne obligatoire, peu de customisation de personnage, inventaire réduit. Pas de classe spécifique, en revanche trois arbres (guerrier, magicien et voleur) où progresser comme vous le souhaitez : vous pouvez développer un pur voleur ou un guerrier-mage, c’est à vous de voir. Attention toutefois : Arx Fatalis ne compte pas faire de vous un omnigros bill à la sauce elderscrollesque, ce qui augmente d’autant la replay value. Pourtant, quelque soient vos aspirations, la classe la plus intéressante à jouer reste (à mon sens) celle de mage.
En effet, ici point de parchemins de sort et affiliés, mais des runes à tracer à l’écran grâce à la souris. A chaque rune est attaché une signification (mouvement, temps, terre, faiblesse, vie, protection, etc.), à charge pour vous de tracer des séries de runes pour former des sorts (par exemple Améliorer + Vision donne la nyctalopie ô combien utile !, mais Mort + Objet + Vision permet de détecter les pièges). Certaines sont assez évidentes (Créer+projectile = projectile magique), mais d’autres ne se trouvent même pas dans le manuel ; le meilleur moyen de les trouver est de faire des expériences. Ce gameplay rend la magie très dynamique, et surtout la psychose de tracer la rune correctement en pleine action.
Quelle action ? Et bien justement, c’est une des grandes forces d’Arx Fatalis. Vous évoluez dans des cavernes où se sont réfugiés humains, gobelins, trolls et homme-rats lorsque le soleil s’est obscurci. C’est, à ma connaissance, le seul RPG où aucun personnage n’est indispensable. Je dis bien aucun. Libre à vous de vous mettre à dos n’importe quelle communauté présente dans le jeu (voire toutes), mais il faut ensuite en assumer les conséquences. Le scénario s’adaptera toujours à votre comportement, et aucun ne vous laissera dans une impasse. L’histoire se dévoile lentement, à son rythme, et vous n’en comprendrez tous les tenants et aboutissants qu’en prêtant l’oreille à droite à gauche.
A ce sujet, Arx Fatalis n’est pas un monde pour rushers grosbill. Les xp sont délivrés en fonction des objectifs remplis, et pas du tableau de chasse. A l’occasion, éliminer une créature précise donnera des points d’expérience, mais c’est très rare. La plupart du temps, il s’agira de quêtes secondaires ou principales, bien que la distinction soit parfois difficile à faire. Attention, ici, personne ne viendra vous voir en disant « Hey, j’ai une quête pour toi ! ». De ce point de vue, Arx Fatalis est assez exigeant, puisqu’il vous oblige à parler aux personnages et à faire attention à ce qu’on vous dit.
A ce propos, les gobelins d’Arx sont les plus crédibles qu’il m’ait été donné de voir. Leurs répliques et leur comportement sont tordants de couardise et de mauvaise foi. Les trolls sont lents et doux. Ca n’a l’air de rien comme ça, mais cela contribue grandement à doter Arx d’une âme qui colle aux souvenirs qu’on s’en fait. Se faire un ami troll qui nous parle de sa voix benoîte et douce, se faire tancer par des grands gaillards gobelins et arpenter les cavernes d’Arx se grave dans la mémoire.
Ces cavernes se répartissent en cavités, tunnels et autres gouffres dans un level design tortueux, et plusieurs zones sont extrêmement difficiles d’accès, faisant la part belle à l’exploration. Au final, Arx Fatalis est moins long, moins customisable, plus petit, et avec beaucoup moins de créatures et PNJ que Morrowind. Mais ce jeu a une âme. Si le TES III vous a dégoûté par ses dialogues insipides, son histoire sans surprise et ses PNJ impersonnels, jetez-vous sur Arx Fatalis. Il va vous réconcilier avec le RPG à la première personne.

Posté dans : [2001-2005] PC X box le 30/08/2010 à 13:58:43 [édité le 04/09/2010]

Le 07/09/2010 à 21:09:43

Skarn
Avatar de Skarn
Inscrit le : 2/01/2007
Commentaires : 1392

Je connaissais ce jeu de vite fait (notamment le système de magie à base de glyphes) mais l’univers a l’air super sympa en fait. J’aime bien les mondes souterrains. Là comme ça j’imagine une sorte de croisement entre Vagrant Story et Deus Ex. En tout cas ça m’a donné envie de tester.

Par contre je te trouve un peu dur avec Morrowind, il a certes des défauts (notamment ce système de dialogues bizarre) mais il dégage quand même une sacrée ambiance.

_________________

  • Adresse de ce commentaire

Adresse de ce commentaire : http://www.lost-edens.com/billets/arx-fatalis/276/morkislair/13/16283/#16283

Le 08/09/2010 à 00:07:45

LordYamaneko
Avatar de LordYamaneko
Inscrit le : 27/12/2006
Commentaires : 2616

En tout cas il a raison, le scénario et les dialogues de Morrowind sont navrants (comme toujours avec Bethesda).

En tout cas ça a l’air pas mal, mais j’ai toujours eu l’impression que ce jeu était trop axé hack&slash, et pas assez jeu de rôle. En plus, l’absence d’indications pour trouver les quêtes, c’est pas pour moi. Je trouve ça trop gavant de devoir parler à tous les PNJ pour trouver de quoi m’occuper.

_________________

\[T]/

  • Adresse de ce commentaire

Adresse de ce commentaire : http://www.lost-edens.com/billets/arx-fatalis/276/morkislair/13/16284/#16284

Accueil » Accueil des blogs » Morkislair » Arx Fatalis

Accueil Syndication M A